samedi 12 mai 2012

Véronique Marcotte ne réussit pas à s’envoler

Véronique Marcotte insiste. Elle ne veut pas de malentendu. «Aime-moi» raconte une histoire vraie. Les personnages ont existé et existent peut-être encore. Seuls les noms ont changé.


Une petite fille séquestrée par une secte religieuse, dont le principal cérémonial consistait à l’agresser, constitue la trame de cette histoire sordide.
Pas étonnant que l’adolescente soit perturbée et qu’elle éprouve des problèmes de comportement. Elle régresse par moment et combat un cancer en plus.
Judith est touchée et entend démontrer que des hommes et des femmes peuvent être généreux. En fait toute la famille de Judith adopte Maëlle et s’occupe d’elle.

Hésitation

Et voilà ! Retournement dramatique. Tout cela était pure invention. Maëlle a tout imaginé. Il n’y a jamais eu de secte, de viols et de tortures. Cette enfant est une manipulatrice, une menteuse et une fabulatrice. Tous les qualificatifs du dictionnaire sont incapables de qualifier cette femme qui aurait plus de trente ans et qui réussit à se réincarner en adolescente !
Judith, Maëlle et la narratrice, prennent la parole tour à tour. Peut-être pas une bonne idée. Surtout dans le cas de Maëlle.
Ça sonne faux, tout le temps. J’ai eu de la difficulté à adhérer à ce récit même en y mettant toute ma bonne volonté. Toujours repoussé, rejeté hors de cette histoire.
«Quand elle a traversé le pont de la rivière des Mille-Îles, elle n’a pas remarqué comme d’habitude le parfum que dégageait une nature plus dense que celle, disséminée, de la ville. Le bonheur inhérent au fait de rentrer à la maison s’absentait, disparaissait, comme coupable devant tant de misères.» (p.29)
Malheureusement, l’écriture de Véronique Marcotte n’est jamais à la hauteur. C’est maladroit, rugueux, sans emportement. C’est ce qui fait peut-être que jamais je n’ai réussi à embarquer dans cette fable.
Véronique Marcotte échoue dramatiquement. Cette histoire est peut-être vraie, mais il en faut plus pour retenir le lecteur.

«Aime-moi» de Véronique Marcotte est paru chez VLB Éditeur.