lundi 7 mai 2012

Robert de Roquebrune le grand mystificateur du Québec


J’ai lu «Testament de mon enfance» de Robert de Roquebrune alors que j’étais en huitième ou en neuvième année. Je n’en conserve que peu de souvenirs.



Nous gardions précieusement la collection du Nénuphar de Fides dans l’armoire vitrée de la petite école de Monsieur Baillargeon. Une vingtaine de livres peut-être. «Les enragés du Grand-Portage» de Léo-Paul Desrosiers, «Trente arpents» de Ringuet et «La Minuit» de Félix-Antoine Savard.
J’étais curieux de plonger dans le récit-biographique de Normand Cazelais. Peut-être qu’il réussirait à faire ressurgir des images, secouerait des souvenirs chez un jeune lecteur sauvage qui bondissait sur tout ce qui était imprimé.
Bien sûr, cet ouvrage n’est pas là pour ameuter les lecteurs ou décortiquer les œuvres d’un écrivain. Parlons plutôt d’un arrêt, d’une manière toute simple de s’approcher d’une personnalité pour soulever la curiosité. Je garde de bons souvenirs du «Gabrielle Roy» d’André Vanasse et du «Louis Hémon» de Mathieu-Robert Sauvé.

Personnage

Il est rare qu’un écrivain se crée une identité, s’invente un passé comme l’a fait Robert Hertel La Rocque. C’est le nom de baptême de Roquebrune. Il s’est imaginé des ancêtres nobles pour mener grand train dans la bonne société de son époque. Sa vie comme son œuvre aura été une formidable mystification où le vrai et le faux se mélangent. Cet écrivain qui n’était pas dépourvu de talent, loin de là, aura fait de sa vie une véritable fiction.
Il a prétendu avoir reçu des formations à La Sorbonne. Pure invention. Il est devenu archiviste on ne sait trop comment, n’ayant jamais étudié dans ce domaine.
«Il y a le patricien qui ajoute une particule à son nom, passionné d’un passé révolu, qui combat toute sa vie pour défendre des ancêtres… supposons pour certains d’entre eux. Un homme qui s’est fait lui-même, vraisemblablement sans parcours académique officiel, qui s’invente une formation universitaire, qui obtient un job dans une sphère très pointue, au surplus à Paris et dans une institution fédérale canadienne.» (p.117)

Vie mondaine

Il aura mené une vie mondaine fascinante, fréquenté des artistes, séjourné pendant de longues périodes en France où il se sentait chez lui. Il a connu aussi une vie heureuse avec son épouse, écrivant aussi dans plusieurs revues françaises. Il sera un familier des conservateurs de son époque tout en ayant un pied dans la modernité. Il se montrera particulièrement aigri les dernières années de sa vie, pourfendant les nationalistes québécois avec une hargne remarquable. Peut-être que la question de l’identité venait le chercher d’une manière particulière.
Un homme qui a su créer une légende autour de sa personne sans jamais être démasqué. Un autodidacte certain qui a travaillé toute sa vie à enjoliver son passé et à entretenir sa légende.
Normand Cazelais le présente avec le plus grand respect. Il aurait été facile de le pourfendre avec les yeux d’un contemporain. Robert de Roquebrune pourrait être le sujet d’un roman, sans aucun doute. Une belle manière de s’approcher d’un écrivain fascinant dans sa vie et son œuvre. Un personnage, un cas.

«Robert de Roquebrune, L’art de la fabulation» de Normand Cazelais est paru chez XYZ Éditeur.