jeudi 14 décembre 2006

Quand le monde se fait chant et parole

Hervé Bouchard est entré en littérature en 2002 avec «Mailloux citoyen de Jonquière». Une épopée d’enfance, d’amitié et de misère qui décrit un univers étrange et familier. Une sorte de carrousel où toutes les facettes de la vie s’incarnent dans le langage.
Ce «toujours citoyen de Jonquière» récidive avec «Parents et amis sont invités à y assister», drame en quatre tableaux coupé par «six récits au centre» précise l’auteur en page couverture.
Avec Hervé Bouchard, tout est parole et tout va à la parole. Le verbe éclate, s’emballe et provoque un débordement qui transporte les personnages dans une autre dimension.
Théâtre… Difficile de cerner cette histoire tragique, jubilatoire et incantatoire qui prend la couleur d’un récit biblique aux accents sauvages. Malgré les nombreuses indications scéniques, l’action ou le jeu s’avère à peu près impossible sur une scène. On flirte avec le conte, le récit, le prêche, le monologue, l’incantation, les récitatifs, les stances et les litanies. Un souffle pur, un rythme difficile à soutenir.

La mort du père

Une histoire simple pourtant. Le père Beaumont meurt subitement dans son fauteuil. Rien ne sera pareil pour la veuve et les six orphelins. Perte irrémédiable, peine, douleur, quête de sens, «stabat mater», chants de vie et de mort, de deuil et de réparation, complaintes haletantes et hallucinatoires. Le monde est déboussolé.
Les quatorze personnages se dédoublent et finissent par constituer un chœur où chacun y va de son récitatif. Une fresque bouleversante.
«Je l’ai voulue pour fille malgré sa peau de rousse, sa taille de brin d’herbe, ses doigts de fée, tout ce que je lui imagine qui est loin de moi. Salie Baribeau elle avait un arbre qui lui poussait croche dans le tronc, elle a vécu couchée dans un corset de métal au sortir de l’enfance jusqu’à l’âge de quatorze ans, il me semble. Tant que j’ai eu des bras, je l’ai aimée, j’ai toujours aimé les arbres, moi. J’aurais bien voulu d’une Nellie que j’aurais appelée Nellinée, d’une Mélie que j’aurais appelée Mélinalinée, d’une petite Oumalinée, d’une Maralinée que j’aurais câlinée, d’une Minalinée, d’une Rinalinée, d’une Sabihalinée, d’une Élinalinée, tous noms ailés que je voyais passer, que je revois encore quand je retourne parmi les framboisiers en moi.» (p.56)

Hervé Bouchard explore les replis du langage avec une virtuosité déconcertante. Il échiffe le langage pour mieux le reconstituer, le tord et le ramène à chaque fois à l’amour, la mort, la douleur et le deuil. L’impression de glisser sur un fil tendu à se rompre. Les mots explosent, vibrent, tournent et éclatent pour dessiner une autre réalité. Il faut seulement se laisser envoûter par ces stances. Tout y est excessif, démesuré et frénétique. C’est ce que j’aime par dessus tout.

«Parents et amis sont invités à y assister» d’Hervé Bouchard est paru aux Éditions Le Quartanier.