jeudi 14 décembre 2006

Aude questionne le monde de maintenant

La femme et l’homme sont de plus en plus considérés comme des machines. Ils doivent garder une cadence folle au travail et, surtout, consommer comme des goinfres. Évaluation, chronométrage, contrôle de qualité, tests font en sorte de les stimuler constamment. Ils doivent en plus répondre présent, de jour comme de nuit, sept jours par semaine. Efficacité, rentabilité, compétitivité et profits.
Et arrive un moment où la machine cafouille. Brusquement, pour des raisons illogiques, tout fige. Silence et angoisse. Les spécialistes ne savent plus quelle technologie évoquer. Faut remplacer le système. Tout jeter pour plus d’efficacité, de rapidité et de rentabilité.
Dans «Chrysalide», son tout dernier roman, Aude bouscule ces idées ressassées dans les médias. Dans l’autoportrait qu’elle signe dans «Lettres québécoises», elle affirme: «Je suis passée, au fil du temps, d’une longue crinière sauvage, que j’ai eu très longtemps, à des coupes un peu plus courtes sans jamais l’être beaucoup, jusqu’à la perte totale de mes cheveux, sous l’effet de chimios agressives, il y a peu.»
Quand on lutte pour sa survie, les gestes quotidiens prennent un autre sens. Les ordinateurs qui se greffent aux cerveaux pour accélérer la production ne servent plus à rien.
De plus en plus de travailleurs flanchent. On secoue alors les mots burn-out, dépression et fatigue nerveuse. La productivité claudique. Les mécaniciens du cerveau s’activent à tout remettre en place avec de plus en plus de difficultés. Et les jeunes dans cette course effrénée?

Dure réalité

Catherine a toujours été parfaite. École privée, réussite scolaire. Une fille qui obéit au doigt et à l’oeil. Et puis… Il y a le geste irréfléchi. Tentative de suicide à quatorze ans. Pour casser le miroir et rejeter les artifices. Commence alors la mutation. La chenille se transforme et devient papillon. Elle vivra l’amour, la douleur, la violence, le mensonge, la duperie et la solitude avant de s’envoler pour être dans sa tête et son corps. Elle cherche à s’arracher à l’image, au modèle pour devenir humaine, simplement.
«Ce n’est peut-être pas tant les modes de vie, quels qu’ils soient, qui me hérissent à ce point, qu’une certaine attitude. Une façon de se conformer à un style pour se donner un genre, faire partie d’une meute, aveuglément, quitte à y perdre don intégrité, son âme, pourvu qu’on ne se sente pas exclu, à part, niaiseux, out, seul. Je ne peux pas supporter la suffisance crasse de ceux qui, parce qu’ils ont et qu’ils font «ce qu’il faut» pour faire partie de tel ou tel milieu, ne voient plus le reste du monde que par le petit bout de leur lorgnette et crachent sur ce qui ne leur ressemble pas.» (p.107)
Le décrochage scolaire est-il une tentative désespérée pour échapper aux carcans… Que choisir: une vie où l’on tient un rôle sur écran géant ou creuser en soi pour évaluer ses forces et ses élans. Qui sommes-nous et où allons-nous? Peut-on amorcer cette réflexion en travaillant jour et nuit pour respecter des normes et des cadences... Pas de place pour l’art, la musique et la littérature quand la mécanique s’emballe.
La dépression est-elle une défense qui permet de déchirer des images et de se refaire une santé identitaire? Cette obsession de la performance à l’école entraîne-t-elle le décrochage et la délinquance? Et le suicide quand le mal devient intolérable.
Libération

Aude suit Catherine dans ses aventures amoureuses, au travail et chez ses parents. L’écrivaine, tout doucement, questionne un discours qui veut réduire les hommes et les femmes à l’état de producteurs reproducteurs. Une idéologie de plus en plus catastrophique pour l’humanité et la planète.
Il faut se méfier des images. Tôt ou tard, elles se déchirent et l’être, celui que l’on refoule en le matraquant de slogans et de messages publicitaires, de rires télévisuels ou de débilités humoristiques, finit par se révolter. Il faut alors revenir aux sources, chercher des assises et le parcours est toujours douloureux.
L’écriture toute simple de cet ouvrage oblige à revoir les modèles qui étouffent comme des uniformes trop ajustés. Nous devrions le faire lire dans les écoles. Peut-être que les commentaires des jeunes, après, feraient frémir plusieurs apôtres de la productivité. La littérature sert aussi à bousculer nos façons de faire et de penser. Aude ne s’en prive pas. 

«Chrysalide» de Aude est publié chez YXZ Éditeur.