jeudi 14 décembre 2006

Grandeur et misère de l’enfant Mailloux

Hervé Bouchard, citoyen de Jonquière, a remporté le Grand prix de la Ville de Montréal avec «Parents et amis sont invités à y assister». Lettres québécoises s’y attardait dans son numéro hiver 2006. Cet ouvrage a aussi raflé le prix roman du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
«Mailloux, histoire de novembre et juin» a été réédité par les éditions Le Quartanier. La première mouture était parue à l’Effet pourpre en 2002. Comme on s’en doute, il ne s’agit pas d’une biographie du célèbre Doc Mailloux.
Le roman présente une famille de Jonquière. Tout est vu et filtré par Jacques, l’aîné de la tribu, qui décrit différents moments de sa vie. Un petit garçon qui combat de terribles carences. Il ne peut s’empêcher de perdre sa mère dans les magasins et de mouiller son lit.
«Tu demanderas à ton mari de mettre de l’huile aux poulies de ta corde à linge car elle est plus bavarde qu’une vieille femme et attire sur les draps que tu laves les regards des passants et de tout le voisinage. Un pissou loge en ce lieu, disent-ils, cette maison est maudite.» (p.78)
Les similitudes sont grandes entre ce premier ouvrage de Bouchard et le second roman qui l’a propulsé à l’avant-scène de la littérature québécoise. Même langage éclaté, même regard halluciné sur le monde et l’environnement, même rap rugueux qui explose dans un débit verbal étourdissant. Tout est abordé sans discrimination: l’amour, le pipi et le caca, les premiers baisers ou la première érection. Une même manière aussi de tordre le cou au langage et de retrousser la phrase qui bascule dans une stance haletante.

Moments intenses

Le roman offre des pages exceptionnelles. Celles par exemple où la famille Mailloux part fêter Noël à la campagne dans une voiture «sans chaufferette», aussi froide qu’une banquise.
«La maison du parrain était seule au bord de la route, nue, comme arrêtée au milieu du champ. Elle n’était même pas éclairée, il n’y avait même pas son char dans la cour au parrain. Le père Mailloux est sorti, il est revenu, personne dans la maison. Probablement partis à la messe. On a attendu dans le noir. Avec l’hiver de Noël qu’il y avait dans la nuit. On s’est mis à geler plutôt sérieux et à se plaindre, surtout le Jacques de quatre et sa mère, des plaintes juste ce qu’il faut pour embêter le père Mailloux, pour qu’il se sente bien coupable de l’inconfort qu’on vivait.» (p.142)
Ici et là, dans ce premier ouvrage, Bouchard se laisse emporter par le plaisir de jongler avec les mots et s’égare dans des phrases ou des segments qui deviennent incompréhensibles. Un excès d’enthousiasme qu’il a maîtrisé dans «Parents et amis sont invités à y assister».
Il s’avère obligatoire de lire «Mailloux, histoire de novembre et juin pour se familiariser» avec l’univers d’Hervé Bouchard, un écrivain particulièrement original qui va marquer la littérature au Québec et nous entraîner dans des mondes que l’on attend avec la plus grande impatience.

«Mailloux histoire de novembre et juin» d’Hervé Bouchard est paru aux Éditions Le Quartanier.
http://www.lequartanier.com/auteurs/bouchard.htm