vendredi 15 décembre 2006

Ces grands oubliés qui font l’histoire

Exclusif à Littérature du Québec

Il y a des moments dont un peuple n’aime guère se souvenir. Si on parle volontiers au Québec de la Révolution tranquille, on n’évoque pas facilement la Crise d’Octobre, la mort de Pierre Laporte et l’enlèvement de James Richard Cross. Il n’est jamais facile de secouer les pages sombres de son histoire.
Carl Leblanc s’est intéressé à la Crise d’Octobre et particulièrement à un témoin de première heure: James Richard Cross. Il a été enlevé et séquestré par la cellule Libération. Un homme paisible, curieux qui a tenté en quelque sorte de disparaître après cette période mouvementée.
Cet attaché commercial au Canada pour la Grande-Bretagne aura été retenu captif pendant cinquante-neuf jours dans une chambre sans savoir s’il allait survivre.
Carl Leblanc a décidé de faire un film sur ce personnage secondaire, cet homme qui vivait une retraite paisible dans le Sussex en Angleterre en compagnie de sa femme et de sa fille après ces événements douloureux. Il partageait son temps entre les promenades et la lecture des journaux.

Retour au futur

Évoquer ces jours douloureux n’est guère facile. Ni pour Cross ni pour Leblanc qui est en quelque sorte du clan des ravisseurs. Les deux tentent de comprendre, de scruter ce qui est arrivé. Cross s’est buté à la raison d’État qui ne fait jamais de quartier avec la vie d’un individu. On l’a vu dans le refus de négocier de Pierre Elliott Trudeau avec des révolutionnaires qui se retrouvaient avec un otage sur les bras. Tout cela, James Richard Cross l’ignorait à l’époque.
Carl Leblanc dans ce récit témoigne des idées, des regards que Cross, sa femme et sa fille ont gardés de cette période. Il raconte aussi ses déchirements devant les idéologies qui s’affrontaient. Bien sûr on peut toujours sympathiser avec les libérateurs qui jouent avec des vies mais quand on discute avec les victimes, qu’on les regarde dans les yeux, la question est différente.
Le cinéaste traite de ce sujet avec une franchise et une honnêteté assez remarquable. Il ne cesse de se questionner sans pour autant trouver les réponses.
C’est ce qui fait tout le charme de ce récit qui permet de plonger dans un passé douloureux et encore obscur.
Leblanc décrit des gens qui ont choisi une logique de violence et qui des années après ne démontrent aucune compassion pour des victimes qui résistent difficilement au désir de vengeance.
James Richard Cross était un survivant un peu gênant et personne ne souhaitait dans les hautes instances qu’il parle et livre sa pensée. Il faut dire aussi que les médias ont vite fait de trouver des personnages plus flamboyants.
Un récit touchant qui fait se questionner sur ceux et celles qui font l’histoire, ces idéologies qui n’hésitent jamais à sacrifier des vies humaines.
Il ne faut jamais oublier que si quelqu’un est prêt à sacrifier une vie pour arriver à ses fins, il peut déclarer une guerre et envahir un pays. La violence ne peut qu’engendrer la violence. Un livre nécessaire.

«Le personnage secondaire» de Carl Leblanc est publié chez Boréal Éditeur.

http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/auteurs/carl-leblanc-1560.html