lundi 4 avril 2016

Francine Brunet nous étourdit encore une fois


FRANCINE BRUNET a de la suite dans les idées. Dans son premier roman, en 2014, elle nous transportait à La Tuque en Haute-Mauricie pour nous faire vivre des aventures assez particulières avec de vrais originaux. Elle a eu la bonne idée de faire appel à certains d’entre eux pour son tout nouveau roman. On retrouve Fernande Pouliot, l’infirmière, la coroner Alice Pelletier et même Tibi, un maniaque de musique un peu fêlé du chaudron. Je ne sais pas s’il y a une idée derrière ces publications, mais son premier ouvrage s’intitulait Le Nain et voici Le Géant. Toujours est-il que la Mauricie reste au cœur de ce nouvel ouvrage. Les migrations de Rosie, entre ses deux familles, les voyages de Victor au volant de son camion, les secrets de Franie et le curieux savoir de Babal nous poussent à la fois dans le monde autochtone et sur les grandes routes qui traversent l’Amérique du Nord.

Victor Scarpa, un homme plutôt impressionnant avec ses six pieds sept pouces, est camionneur et va pendant des jours sur les routes de l’Amérique au volant de son camion. De quoi faire saliver Serge Bouchard, celui qui s’intéresse à nos grandes figures du passé et qui adore les camions. Victor, un passionné de littérature, a fondé le ClubAudio et partage des enregistrements d’œuvres littéraires avec ses collègues qui se laissent charmer par une voix mystérieuse, celle d'une femme que tous voudraient connaître.
Belle idée que de partir comme ça sur les routes en écoutant un roman d’Agota Kristof ou de Yann Martel. Parce qu’un livre, après tout, est un voyage. Il faut une destination, un point de départ et un point d’arrivée. Comment ne pas penser à Jean-François Caron, cet écrivain devenu camionneur depuis peu et qui explore le continent au volant de son poids lourd ? Il était au Nouveau-Mexique aux dernières nouvelles. Je lui souhaite de rencontrer le géant Scarpa. Il pourra lui emprunter un roman et l’écouter en descendant lentement vers le Sud ou en remontant vers le Nord avec les outardes. Pourquoi pas l’un de ses ouvrages ? J’opterais pour Rose Brouillard, le film. Il pourrait rouler dans son imaginaire et « s'entendre » d’une autre manière.
Francine Brunet, dans Le Nain, multipliait les rebondissements et les intrigues. Elle fait preuve encore une fois d’une imagination débridée et bien des histoires se croisent, se bousculent pour nous dérouter. Rosie, Franie, Babal, Victor et Luciano, un policier qui se retrouve derrière un volant à cause d’une histoire d’amour, tous nous entraînent dans les courbes de la vie. Tous taisent des secrets qui, parfois, deviennent trop lourds. C’est le propre des livres que de révéler ce que l’on cache dans la vraie vie.

SUICIDE

La mère de Franie, Angela, s’est suicidée de façon spectaculaire en se jetant du haut du pont Mercier. Une triste histoire que personne ne veut évoquer, surtout pas sa fille qui amorçait une carrière de comédienne. Tout s’ouvrait devant elle, mais la vie lui a fait prendre une autre direction. Et elle a joué un rôle dans  cette tragédie qu’elle a du mal à avouer.
Il y a Rosie, la fille de Victor et de sa première épouse Madeline. L’adolescente vit en garde partagée et voudrait bien s’installer avec son père. Une jeune fille qui aime les chiffres et les mathématiques.

Aujourd’hui, assise en classe pour son cours d’algèbre et portée par cette inclination pour les mathématiques, Rosie trouve tous les x et les y infiniment poétiques. Bien entendu, elle s’émerveille en solitaire. Ses copines ne comprendraient pas. C’est un phénomène qu’elle goûte en secret afin de ne pas être étiquetée nerd et se retrouver seule. Elle a aussi appris à taire ce que le tableau rempli de chiffres produit dans sa tête. Les chiffres ont leur couleur propre et Rosie voit des couleurs qui se croisent, se tissent, s’entremêlent. Une équation se transforme en arc-en-ciel. (p.24)

Il y a aussi les tantes Anni et Couni, des Atikamekw revenues vivre dans le secteur de La Tuque, des jumelles qui ne se sont jamais quittées. Elles partagent des plaisirs secrets. Autant le dire, des enregistrements particuliers tout en buvant une tisane qui fait planer un peu. Elles ont un penchant pour les histoires érotiques et un peu corsées.
Victor est aux prises avec les problèmes de sa fille qui prend de la drogue, doit partir sur les routes, se lie d’amitié avec Luciano. Il y a les livres du ClubAudi, les découvertes, les rencontres avec les collègues, les échanges et les petites discussions, la voix envoûtante de celle qui les berce d’un océan à l’autre.
J’ai déjà fait l’expérience d’écouter un roman en circulant entre le Lac-Saint-Jean et Montréal. J’avais glissé le CD dans le lecteur en m’éloignant de la maison pour arriver sur le pont Jacques-Cartier à la fin de l’histoire. Une manière de basculer dans une autre dimension, de perdre la notion du temps et de l’espace. Une voix vous entraîne sur une route qui est peut-être celle de l’imaginaire et du bonheur.

ENQUÊTE

Il n’y a pas plus routinier que la vie d’un camionneur qui se retrouve seul dans l’habitacle de son gros véhicule et qui franchit des distances qui me font frémir. Je n’aime pas particulièrement être au volant et conduire un camion s’avérerait un supplice. Victor apprend que l’on fait le trafic de matériel pornographique entre les États-Unis et le Canada. Les camions sont fouillés aux frontières. Cela crée une certaine tension et les hommes deviennent un peu plus nerveux.

Luciano Vidal sirote son café. Son relais est en retard. Il pense qu’il n’aurait pas dû se confier ainsi à Victor. Mais qu’est-ce qu’il lui a pris ? Il se dit aussi qu’il devra donner un coup de fil à son ancien collègue Robitaille, pour le sonder à propos de l’affaire Chucky. Les gars commencent à jaser autour et à se poser des questions. Il se passe quelque chose. Une enquête doit être en train de se faire. Vidal ne peut le nier. Le boulot lui manque. (p.80)

Cette enquête va s’effilocher et disparaître tout simplement. Francine Brunet voulait nous pousser dans une fausse direction. Ça nous permet pourtant de cerner Franie et de découvrir peu à peu le drame de son enfance. Sa mère Angela était une droguée, une alcoolique et une itinérante qui souffrait de problèmes mentaux. Elle n’a pas su s’occuper de sa fille et ce sont les grands-parents qui s’en sont chargés. Les frasques de sa mère finiront par faire mourir son grand-père, un capitaine qui naviguait sur le Saint-Laurent. Il y a aussi un certain Franky Tousignant, un phénomène, avec qui sa mère avait des liens

Franky Tousignant mourra à l’âge incroyable de cinquante-six ans, au bout de trente-quatre jours aux soins palliatifs de l’hôpital de La Tuque. L’errance d’Angela et la rousseur de Franie l’ont toujours gardé à l’abri de la reconnaissance de sa paternité. (p.186)

Des attaches que Franie ne veut pas voir.

VOYAGE

Tout le monde voyage dans ce roman. Les tantes Anni et Couni, après une vie à Montréal, ne cessent de migrer entre le chalet du lac Vert et La Tuque. Rosie oscille entre ses deux foyers, connaît certaines expériences plus ou moins difficiles. Babal étonne un peu tout le monde avec sa propension à réciter des versions plutôt épicées de La Belle au bois dormant à la garderieSon prince ne se contente pas d’un chaste baiser pour réveiller sa dulcinée.
Bien des pirouettes, des fausses pistes avant d’arriver à cerner le personnage de Franie, de s’arrêter au drame qui a brisé sa vie. Elle est particulièrement marquée par sa mère. Heureusement, Victor est solide comme le roc. Rosie devient une complice et tout le monde l’aime même s’il y a une faille dans sa vie. Et peut-être qu’une thérapie va lui permettre d’éloigner la dépression qui lui tombe dessus avec l’automne.
Pour Francine Brunet la vie est une suite de récits qu’il faut écouter, réécouter comme le font les camionneurs quand ils s’isolent dans leur habitacle et qu’ils se laissent bercer par la voix enchanteresse de leur lectrice mystérieuse. Parce que c’est par elle que tout arrive et par elle que tout va. Cette voix qui aura des effets particuliers sur son bébé.
Il y a une effervescence dans les récits de madame Brunet qui peut créer la dépendance. C’est frais, souriant, pétillant malgré les drames terribles que chacun transporte. Un véritable bonheur que de se laisser emporter sur les routes de l’Amérique avec la voix de cette écrivaine que j’imagine riante et pleine de soleil. Un livre qui nous permet de plonger dans les secrets de ses personnages, comme on le fait quand on s’abandonne à une intrigue qui permet le plus beau des départs. Une écriture simple, quasi invisible qui cède toute la place à des personnages séduisants. Une plongée dans la littérature et la vie qui sont la source de toutes les histoires, bonnes ou mauvaises. Je me suis bien amusé malgré la gravité qui reste toujours présente dans les écrits de madame Brunet.

PROCHAINE CHRONIQUE : L’INTERROGATOIRE DE SALIM BELFAKIR d’Alain Beaulieu publié chez Druide.

Le Géant de FRANCINE BRUNET est paru chez Stanké, 224 pages, 24,95 $.