mardi 15 décembre 2009

Des écrivains explorent Montréal

Florence Meney a dirigé ce collectif
Vingt-et-un écrivains du Québec et d’ailleurs, six femmes et quinze hommes, s’attardent dans un site de Montréal. Tous ont choisi un endroit aux couleurs particulières. Ce peut-être un quartier qui nourrit l’écriture d’un romancier, un restaurant ou un bistrot, une place publique. Voir Montréal par les yeux de ces créateurs, c’est se promener entre la réalité et la fiction.
«Et c’est dans ce double mouvement d’ouverture et de résistance que le Québec - et Montréal – se définit. Un équilibre fragile, mais qui finit par faire une identité.» (Aline Apostolska, p.114)
Michel Tremblay et Claude Jasmin explorent un quartier de Montréal depuis des décennies. D’autres sont des oiseaux de passage comme Élisabeth Vonarburg, Kathy Reich ou Philippe Besson qui reviennent régulièrement dans cette ville.
«La gare routière du centre-ville de Montréal, l’un de ses lieux de prédilection, constitue en quelque sorte le reflet de son œuvre, ainsi qu’une source d’inspiration.» (Élisabeth Vonarburg, p.123)
Luc Lavigne est photographe
Yves Beauchemin, carnet en main, s’attarde à la station de métro Berri-UQAM pendant que Bryan Perron devient nostalgique au restaurant Da Giovanni. Plus loin, Jean-François Chassay s’étourdit dans le marché Jean-Talon.
«J’aime beaucoup, plus particulièrement, le marché Jean-Talon, parce qu’il est grand, et surtout sociologiquement très représentatif de Montréal… …C’est un marché à la fois francophone, anglophone et italien. Depuis plusieurs années en plus, il est devenu arabe, asiatique aussi.» (p.204)
Dany Laferrière ne pouvait que ramener le lecteur au Carré Saint-Louis, le site de «Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer».
«Montréal m’appelle. C’est une ville avec laquelle je n’ai pas de distance. C’est la première ville que j’ai connue, à part Port-au-Prince et Petit-Goâve. Elle fait partie de moi.» (p.144)
Chrystine Brouillet sourit près des balançoires du parc Lafontaine et Suzanne Jacob se faufile dans le cimetière Mont-Royal, son espace de silence et de méditation.
Des entrevues permettent de connaître les préoccupations des écrivains et écrivaines, de s’attarder à leur façon de concevoir et de réaliser un roman.
De très belles photographies de Luc Lavigne surprennent les créateurs dans leurs endroits de prédilection.
À souhaiter qu’à la mairie de Montréal et dans plusieurs grandes entreprises de la Métropole on pense à offrir ce livre magnifique aux visiteurs qui débarquent à Montréal pour découvrir le Québec par sa plus grande ville.

«Montréal, à l’encre de tes lieux» de Florence Meney est paru aux Éditions Québec Amérique.