mercredi 1 juin 2005

Nicole Houde réussit un roman éblouissant

Nicole Houde étourdit par la densité de l'oeuvre qu'elle échafaude, roman après roman, page après page. Son dernier opus, «La Fiancée de God», reprend le questionnement de Germaine Guèvremont, dans «Le Survenant» ou «La Héronnière» de Lise Tremblay.
Mais Nicole Houde pousse jusqu'à ce que tout explose dans un «Big Bang existentiel» qui fait jaillir un être nouveau ou le pulvérise.
«Moi aussi, je dérange, je suis la femme par qui le changement social arrive dans ce village bordé par la baie des Chaleurs.» (p.7)
Martine, volontaire de la Compagnie des jeunes canadiens, travaille à implanter un comptoir alimentaire dans un village d'Acadie. Elle vit avec Marc, son mari, sa soif incommensurable, ses angoisses et ses rêves de refaire le monde. Elle s'intègre peu ou pas à la vie du village. Peut-on percer un milieu tricoté par des alliances, des secrets inavouables, des parentés qui créent un tricot à peu près impossible à défaire. Martine boit, Martine a toujours soif, Martine se saoule devant la mer. Elle aime Paul Godin, père de quelques enfants. Un amour animal, tellurique comme un soulèvement d'être. «Je suis une bête m'enfonçant dans son ventre jusqu'à la fin des temps, c'est effrayant et magnifique quand le soleil se déchire encore une fois dans mon ventre de bête, d'ange obscur.» (p.24)
La trame des grands drames dont Nicole Houle a le secret est là.

Deux êtres

Martine porte ses morts. Sa soeur, tuée un matin d'été à cause d'un papillon et d'une voiture folle, son père et sa mère retrouvés dans des chambres anonymes. L'un mort d'avoir bu et l'autre d'un excès de médicaments. Des crevasses impossibles à colmater. Martine puise là son envie des changements, sa volonté de remodeler l’univers. Un combat contre ses démons et ceux du village.
«Un village, ça surveille votre vie, ça veut tellement votre bien que ça risque de vous tuer.» (p.14)
Nicole Houde hante les espaces du Bas-Saguenay, les pulsions incontrôlables, celles de «La Maison du Remous» ou d'une «Folie sans lendemain». Le passé blesse, casse les êtres ou les pousse dans les pires extravagances. Deux êtres qui se combattent et s'affrontent. Celui marqué par les stigmates de l'enfance, l'héritage familial et l'autre, le contemporain qui se noie dans ses errances.

Pierres précieuses

Un roman parsemé de diamants, d'opales, de tourmalines, de topazes et de pierres précieuses, d'éblouissements et de ravissements. Tout l'art de Nicole Houde est là. Cette façon d'effleurer le pire dans un style à nul autre comparable.
Les héros de Nicole Houde vivent dans l'angoisse de sombrer dans une «folie sans lendemain» d'où personne ne réchappe. Un roman souvent époustouflant et magnifique. Des pages comme des camées.
«La Fiancée de God» témoigne de la quête d'une écrivaine unique dans sa manière d'animer les choses et les êtres. Avec elle, le lecteur vit une expérience malgré la dureté des propos. On en réchappe ébranlé. Toujours! Les romans houdiens nous plonge dans un faisceau de pulsions, de désirs qui heurtent de plein fouet. Du grand art! Il serait peut-être temps de reconnaître en Nicole Houde, l'une des plus grandes du Québec.

«La Fiancée de God» de Nicole Houde, Éditions est publié aux Éditions de la Pleine lune.