jeudi 15 mars 2007

La culture québécoise est-elle en mutation?

Nos sociétés vivent des changements accélérés. Il semble que ce soit aussi le cas en Chine et en Inde. Ces pays s’imposent de plus en plus comme des puissances économiques mondiales. Plusieurs individus peinent à suivre. Certains s’affolent et prêchent un retour aux valeurs d’autrefois. L’élection de gouvernements plus conservateurs témoigne de cette crainte de l’avenir.
Alain Roy et Gérard Bouchard, dans un essai intitulé «La culture québécoise est-elle en crise?», ont demandé à des intellectuels de réfléchir à cette question. Cent quarante et un braves ont pris la peine de répondre.
Qu’ils soient convaincus d’un état de crise ou pas, tous se rejoignent. Que ce soit au sens large ou étroit, les répondants questionnent les mutations actuelles. Peu importe s’ils regardent par la lorgnette de l’optimisme ou du pessimisme.
Les sociétés changent plus rapidement qu’il y a cent ans. Les communications sont certes responsables de cette accélération et de ce métissage planétaire. Tout devient difficile à saisir et à analyser.
Le Québec, avec l’Occident, vit une période de turbulence. La mondialisation du commerce et la circulation des «produits culturels» bousculent les références. Il semble pourtant, si on en croit John Saul dans son essai «Mort de la globalisation», que cette «euphorie» est en train de se résorber. Les états-nations reprennent en main leur économie, rejettent les diktats de la Banque mondiale du commerce. La culture vivra-t-elle ce repli?
Le Québec n’échappe pas à l’accélération de l’histoire, à la perte de sens, à la montée de l’individualisme et à la dictature des «arts de détente» qui squattent la télévision et refoulent la «culture moins rieuse» dans la marge. Cette quête du divertissement impose une culture formatée que l’on recycle comme du papier journal. Plusieurs répondants le déplorent avec justesse.
Plusieurs affirment aussi que la culture doit vivre en «état de crise permanente» pour évoluer. D’autres s’accrochent à la nostalgie du passé. Alain Roy et Gérard Bouchard tentent de transcender la question et d’explorer des avenues.

Alain Roy

 Alain Roy, comme la plupart des répondants, se nourrit de perceptions et résiste mal à la tentation de tirer des conclusions rapides et émotives. Il s’attarde à des épiphénomènes ou des anecdotes qui ne permettent pas d’évaluer l’état de la culture au Québec.
«L’avidité de notre besoin de reconnaissance se traduit par une attention démesurée aux moindres échos venus de l’extérieur, et plus particulièrement aux échos positifs. Souvent, ce phénomène prend des proportions pathétiques, par exemple lorsque des journalistes réalisent des vox pop à la sortie des cinémas et des théâtres parisiens. Il faut vraiment que notre manque d’estime soit grand pour que nous en soyons à grappiller des marques d’appréciation sur les trottoirs d’outre-mer.» (p.101)
Il faut plus que quelques cas pour diagnostiquer l’état d’une culture. M. Roy tire des conclusions fort suggestives et peu appuyées.

Gérard Bouchard

Gérard Bouchard reste prudent. Oui, les cultures s’interpénètrent, s’influencent tout comme les sociétés qui doivent absorber le choc des migrations. Les trous dans les frontières apportent une conscience planétaire nécessaire à la pensée écologique et au développement durable.
Bien sûr, il est difficile de prévoir la marche des sociétés occidentales après la perte du sacré, la négation du religieux et la montée de l’individualisme. Il ne faut surtout pas conclure trop rapidement.
«Nous ne vivons pas dans une société sans mythes, les signes de dynamisme sont nombreux (l’Occident est traversé par de grandes utopies très nobles, mobilisatrices), nous sommes loin d’une situation de chaos social, la sortie de régime que nous effectuons ne donne pas sur le vide culturel ni sur un état dont nous ne savons rien.» (p.132)
Bien dit !
La région n’est pas en reste dans cette réflexion. Une centaine de personnes, lors du premier volet des «Rendez-vous stratégiques» de l’Institut du Nouveau Monde, les 2 et 3 février, pointaient les médias et les institutions d’enseignement pour expliquer le «peu de visibilité» de notre culture. Le second rendez-vous, qui se tient les 16 et 17 mars au Patro de Jonquière, permettra de discuter de la «culture à l’heure d’Internet». Il sera intéressant de comparer les réflexions des participants aux propos des deux essayistes.

«La culture québécoise est-elle en crise?», de Gérard Bouchard et Alain Roy est paru aux Éditions Boréal.
http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/auteurs/alain-roy-454.html