vendredi 22 février 2013

Jean-Claude Germain ne cesse de scruter notre passé



Jean-Claude Germain poursuit sa mission d’informer et de vulgariser l’histoire du Québec. Avec la suite de «Nous étions le nouveau monde», l’historien s’attarde à la période qui mène aux révoltes des Patriotes en 1837. Un moment fort important de notre passé que l’on a souvent occulté.

Après la Conquête, tout bascule. Les francophones sont privés du continent américain et enfermés dans ce que nous nommerons le Bas-Canada qui deviendra la province de Québec. Une sorte de réserve. Commence alors une lutte pour faire reconnaître la légitimité des élections, des élus, les pouvoirs de l’Assemblée législative et ses responsabilités. Jean-Claude Germain réussit l’exploit de rendre cette période passionnante. Une belle leçon de choses qui garde sa pertinence en ces temps d’enquêtes sur la corruption et les abus de toutes sortes. Un moment de notre histoire qui ne me passionnait guère quand j’étais sur les bancs de l’école, il faut le dire. Autant je raffolais des aventures des découvreurs, autant les luttes parlementaires m’ennuyaient.

Le rapport honni

Il y a d’abord le fameux lord Durham, un rapport qui est resté de travers dans la gorge de tous les francophones.
«Au Québec, l’Histoire est née sous la forme d’une riposte à un camouflet d’un aristocrate anglais. Lord Durham avait statué en 1839 qui nous étions «un peuple sans histoire et sans littérature». C’était d’autant plus insultant que c’était vrai.» (p.12)
François-Xavier Garneau écrira l’histoire des francophones pour clouer le bec de l’aristocrate. Pour la littérature, il faudra attendre. C’est surtout la lutte pour la reconnaissance de la démocratie qui retient l’attention de l’historien.
Les francophones exigent le respect de la législature, le pouvoir de voter les lois et les crédits. Ce que les Anglophones refusent. Les gouverneurs se comportent en tyrans et dépensent les fonds comme ils l’entendent. Conséquences : des élections à répétition. Le représentant du roi avait le droit de proroger l’assemblée des élus. Un mot que nous avons retrouvé, il n’y a pas si longtemps, avec notre ami Stephen Harper.

Longue marche

Une longue marche vers l’idée d’indépendance s’amorce, la révolte, une guerre perdue d’avance. Les rebelles ne possédaient que quelques fusils pour affronter une armée bien équipée et disciplinée. Sans compter les délateurs et le rôle du clergé qui se range du côté des Anglais. Suivra une répression sauvage, des déportations et des exécutions. Des figures ressortent, selon Germain, Louis-Joseph Papineau, un véritable héros avec de Lorimier.
«Chaque fois qu’une affirmation encore plus forte de notre identité politique lui fait écho, l’ombre de Papineau s’agrandit à la taille de l’indépendance.» (p.290)
La résistance fait courir les foules de « canayens » qui confrontent les radicaux britanniques. Ces derniers affirment haut et fort que les francophones sont des conquis et qu’ils doivent s’assimiler. L’auteur fait aussi un parallèle avec l’Irlande qui a subi à peu près les mêmes sévices que les Québécois francophones. Et que dire du rôle du clergé? Mgr Plessis fait frémir.
Jean-Claude Germain démontre que nous ne cesserons de revivre certaines batailles tant et aussi longtemps que le Québec ne fera pas un choix définitif sur son avenir. Je n’ai pu m’empêcher de songer au printemps 2012 avec les marches dans les rues et des leaders étudiants qui réclamaient le droit à la désobéissance civile. Papineau aurait sans doute approuvé et porté le carré rouge.

«Nous étions le Nouveau Monde» de Jean-Claude Germain est paru aux Éditions Hurtubise.